• Anorexie mentale

     

     

    Anorexie mentale

     

    Anorexie mentale

     

    L’anorexie   mentale   est   un   trouble   de   nature   psychologique   dont   souffrent particulièrement les adolescents qui se privent de manger pour maigrir, même si leur poids  est  très  inférieur  au  poids  normal.  Pour  continuer  à  perdre  du  poids,  les patientes prennent des mesures extrêmes. Certaines se font vomir après les repas ou prennent des quantités excessives de laxatifs, ou des médicaments anorexigènes. L’anorexie mentale est une maladie extrêmement grave dont le taux de mortalité est estimé à 20 %, les décès survenant surtout par inanition, par arythmie cardiaque ou par suicide. Pour cette raison, les anorexiques ont absolument besoin de surveillance médicale le plus tôt possible. En effet, même si les conséquences de l’anorexie ne sont pas fatales, celle-ci peut entraîner des troubles intestinaux chroniques, la stérilité et la maladie mentale.
    Bien qu’on ne connaisse par la cause exacte de l’anorexie mentale, on pense qu’elle découle de l’incapacité à composer avec le stress social, notamment le stress associé à la sexualité adulte. Outre les symptômes causés par la malnutrition, les autres symptômes courants de l’anorexie mentale sont la dépression, l’anxiété et la perte de l’estime de soi.
    Il est vital de comprendre que l’anorexie mentale constitue souvent une urgence médicale aiguë qui doit être traitée par un médecin ou un spécialiste.


    - Selon une étude, les suppléments en zinc rétablissent des habitudes alimentaires normales dans 80 % dès cas. Les jeunes filles sont particulièrement exposées aux carences  en  zinc,  et  cela  pour  plusieurs  raisons :  *  si  elles  suivent  un  régime amaigrissant, l’apport alimentaire en zinc est probablement insuffisant * les besoins en zinc augmentent à l’adolescence * les contraceptifs oraux font augmenter le taux d’élimination du zinc.
    De plus, un déficit en zinc peut causer la perte de l’appétit en affaiblissant les sens de l’odorat  ou  du  goût,  créant  ainsi  un  cercle  vicieux  dans  lequel  l’adolescente s’alimente mal tout en aggravant la carence en zinc.
    Il faut cependant souligner que les doses quotidiennes de plus de 50mg de zinc ne doivent être prise que sous surveillance médicale.
    On peut augmenter la consommation en zinc en mangeant des aliments riches en cet élément, comme les fruits de mer, les grains entiers, les graines de tournesol, les épinards et les champignons.


    - Selon une étude récente, la vitamine C administrée par voie intraveineuse, plusieurs fois par jour, peut aider à stabiliser l’anorexie. Ce nouveau traitement repose sur la découverte que les patientes anorexiques ont des tau anormalement élevés d’hydrocortisone dans le cerveau. Les injections de vitamine C ramènent le taux d’hydrocortisone à un taux normal.
    D’autres substances ont été injectées de la même manière avec un certain succès, notamment   le   tryptophane,   un   acide   aminé   essentiel ;   le   dilantin,   un   anti-convulsivant ; et la cimétidine, un médicament utilisé dans le traitement des ulcères. Selon le Dr James Parsons, de l’Alpha Medical Clinic de Melbourmen en Floride, le taux de succès de ces nouveaux traitements est très élevé, et la plupart des patient recommencent à s’alimenter normalement après 1 semaine, environ.
    « Ces traitements ont ceci de particulier, ajoute-t-il, que nous avons démontré que l’anorexie mentale a une base biologique et qu’un médicament approprié peut la guérir. »


    * Eliminer tous les sucres, les hydrates de carbone raffinés et les repas-minute de l’alimentation peut réduire la gravité des symptômes psychologiques qui accompagnent l’anorexie, en améliorant le métabolisme. Malheureusement, on se trouve placé devant un grave dilemme lorsque le patient anorexique doit absolument s’alimenter  et  qu’il  refuse  de  manger  autre  chose.  Dans  ce  cas,  supprimer  ces aliments peut faire plus de mal que de bien.


    * Certains chercheurs pensent que les anorexiques devraient diminuer leur consommation de boissons contenant de la caféine.
    Comme les rechutes sont fréquentes, il est essentiel que la patiente soit suivie régulièrement par un médecin pendant une certaine période, après la guérison.
    Bien que l’anorexie touche surtout les filles, il est important que les parents sachent que  les  garçons  aussi,  peuvent  en  souffrir.  Certaines  données  suggèrent  que l’incidence de l’anorexie augmente chez les jeunes garçons et les adolescents. De plus, une étude du Great Ormond Street Hôpital a montré que le quart des patients anorexiques qui consultent à l’hôpital sont des garçons.

     

     

    « Renaître de ses souffrancesPour une journée positive »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :