• Constances universelles

     

     

    Constances universelles

     

    Constances universelles

     

    Des répétitions dans ce chaos d’événements qui se suivent, mais chacun des faits est unique.

    Cependant, il parait provoqué par des causes qui agissent toujours de la même manière, en discipline et obéissant à des lois qu’ils n’osent jamais enfreindre.

    Les vrais acteurs sont camouflés derrière un décor dressé par les apparences qui sont souvent trompeuses, par contre les acteurs fictifs paraissent au devant de la scène.

    La soie provoque de l’électricité, des picotements, lorsqu’on enlève ses bas de soie. Les étincelles sont  plus fortes si la couleur est sombre. Un bas de soie blanc sur un bas noir.

    Les causes réelles des phénomènes électriques, seules interviennent les charges positives ou négatives qui sont portées par les objets en présence.

    Les mathématiques permettent d’exprimer ces lois sous forme d’équations.

    Pour l’électricité : elle est obtenue lorsque la force de répulsion entre deux objets portant les charges de même signe – d’attraction si ces charges sont de signes opposés. Est décrite comme proportionnelle au carré de leur distance.

    Le mouvement des objets pesants : la chute d’une pomme ou le mouvement d’une planète peuvent être décrits à partir de la même égalité exprimant la loi de la gravitation de Newton : F = “Gmm’/d” où “F” : la force d’attraction qui se manifeste lorsque deux objets de masses “m” et “m’” sont à la distance “d” l’un de l’autre.

    On peut en déduire (par l’algèbre)  de cette formule :

    - Que la durée de la chute de la pomme, sachant la hauteur du point de départ, que la durée d’une révolution de la planète connaissant sa distance au soleil.

    - Que la force d’attraction soit indépendante de la nature des objets en interaction, que les calculs soient identiques quel que soit l’ordre de la grandeur des masses en cause, prouve que l’on accède par cette formule à une  caractéristique essentielle du cosmos.

    La lettre “G” de cette formule :

    Nécessité logique pour que les grandeurs figurant dans les deux termes de l’équation, à gauche une force, à droite un ensemble constitué de deux masses et une longueur, représentent des réalités ayant la même définition.

    Il défini comme la constante de la gravitation, qui semble effectivement constant. Sa valeur est la même partout et toujours, elle ne change pas lorsque l’on passe d’un lieu à un autre ou lorsque le temps s’écoule ; cette valeur définit un trait fondamental de notre Univers, un des piliers sur lesquels il semble s’être édifié.

    La vitesse : celle de la lumière ou toute onde électromagnétique dans le vide.

    Quelque soit le mouvement d’un observateur par rapport à la source de cette lumière, “sa vitesse”, lettre “c”, est toujours la même, 300 000 km/s.  Cette constance, en totale opposition avec les prédictions de la physique classique, a été à l’origine des réflexions d’Albert Einstein qui ont débouché sur la théorie de la relativité.

    Le rayonnement : un corps que l’on porte à une température élevée entraîne la nécessité d’admettre qu’il émet de l’énergie non pas de façon continue mais par paquets.

    Chacun de ces paquets transporte une énergie égale au produit “hv” où “v” est la fréquence du rayonnement et “h” une constante dite constante de Planck, qui est la même quelle que soit la nature du corps chauffé.

    Une réalité discontinue qui est le point de départ de la physique quantique qui a remis en question toute la représentation du monde à l’échelle des particules élémentaires.

    “G” et “h” sont considérées comme des constantes universelles ; tous les raisonnements à propos du cosmos, de son état actuel comme de son évolution, sont menés en admettant qu’elles ont la même  valeur partout et qu’elles l’ont toujours eue depuis l’origine.

    Règle du jeu que rien ne prouve que dans une lointaine galaxie, ou dans la notre, il y a quelques milliards d’années, l’intensité de la gravitation ou la vitesse de la lumière ne soient pas, ou n’aient pas été, plus élevées ou moins élevées qu’ici aujourd’hui.

    Tout ce que nous pouvons affirmer est que l’hypothèse de leur constance est compatible avec toutes nos observations.

     

    Constances universelles

    Constances universelles

    Constances universelles

    Constances universelles

     

     

    « Aliments pour se boosterVidéo : regards sur le monde »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :