• Invitez dans votre jardin, la petite faune

     

     

    Invitez dans votre jardin, la petite faune

     

    Les oiseaux

     

     

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    Votre jardin peut devenir un fabuleux écosystème qui peut vous rendre d’incomparables services si vous lui laisser une chance de s’exprimer.
    La petite faune en particulier y joue un rôle important : le hérisson vous débarrasse des limaces, les oiseaux des chenilles qui dévorent rosiers et choux, les grenouilles des larves de moustique. Sans oublier l’écureuil, le feu follet du jardin. Partager l’espace et les ressources, c’est s’enrichir…


    La chouette hulotte

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

    Surnommée chat-huant, elle se repère facilement à son hululement, émis par le mâle. Elle se délecte des rongeurs, les oiseaux, amphibiens, chauves-souris, insectes. Elle joue un rôle de régulateur en consommant campagnols, mulots, souris. Elle est protégée. Pour l’avoir dans son jardin, bannir les raticides au profit des tapettes à souris. En éclairant votre jardin seulement en cas de besoin grâce à des détecteurs de présence. Les arbres à lierre et à cavités lui sont favorables. Installez-lui un nichoir. Si vous voyez un jeune au sol, cachez-le dans la végétation, à l’abri des prédateurs. Ses parents sont rarement loin.
      

    L’étourneau sansonnet

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux


    C’est en hiver qu’il se montre le plus grégaire et se rassemble en dortoirs. Mais ses populations sont en déclin. Omnivore, il se nourrit de vers de terre, de larves (tipules, taupins), ainsi que de baies. Il débarrasse les jardiniers des chenilles, araignées, limaces, escargots ou cloportes. La présence d’un espace vert à proximité est essentielle à l’étourneau pour sa recherche de nourriture. A la mangeoire, il apprécie les fruits, les graines, les boules de graisse. Carnivore, il fréquente volontiers un nichoir placé haut dans un arbre. Les étourneaux utiliseraient leur odorat afin de choisir des plantes aromatiques aux vertus insecticides pour leur nid. Ils se servent aussi des fourmis pour nettoyer leur plumage.


    Le gros-bec casse-noyaux

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux


    Il aime les forêt, les vergers, les grands jardins, les bosquets. Il est généralement farouche, sauf sur les mangeoires. Il peut former de grandes troupes en hiver. Il se perche fréquemment sur les hautes branches. Il mange des graines (charme, hêtre…), des noyaux, qu’il casse avec son bec pour en extraire l’amande, des bourgeons et des jeunes pousses. Durant la nidification, il consomme de nombreuses chenilles. Dans la mangeoire, donnez-lui du tournesol et des fruits secs à coque, ainsi qu’un point d’eau. Il se nourrit surtout dans les arbres, mais se pose souvent à terre pour boire et manger.


    Le merle noir

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux 



    Il mange principalement des insectes, des araignées et des vers de terre, des fruits et baies en hiver (cerises, pommes en décomposition, mûres, sureau, aubépine, églantier, if…) C’est un grand consommateur d’escargot, de limaces et de chenilles. Il lui faut des arbustes à baies et épineux, à l’abri des chats. La femelle construit son nid dans du lierre, du houx, de l’aubépine, du chèvrefeuille ou du pyracantha. Il fréquente le compost, dans lequel il trouve quantité de vers, très recherchés au moment de l’élevage des jeunes. La couleur du bec, du mâle varie au fil des jours. Plus il est orangé, plus il est en bonne santé. Celui de la femelle est noir.

    La mésange bleue

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux


    Habituée des mangeoires, la mésange bleue s’y montre volontiers agressive malgré sa petite taille. Cette espèce bavarde acrobate et peu farouche s’observe toute l’année dans les arbres et recherche des cavités pour élever sa nichée, qui peut compter jusqu’à 16 œufs. Insectivore, elle apprécie en hiver les graines riches en lipides (tournesol), et les boules de graisse. Elle consomme au printemps une grande quantité d’insectes, parmi lesquels de nombreuses chenilles pour sa progéniture, mais aussi des pucerons, des petits coléoptères, des cochenilles, des larves… En la nourrissant l’hiver avec des vers séchés et du tournesol et en lui installant un nichoir adapté (diamètre du trou d’ouverture : 27-28 mm). A la sortie du nid, les jeunes suivent les adultes quelque temps et quémandent de la nourriture en piaillant.

    La mésange charbonnière

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    Une grande acrobate, omniprésente au jardin et sur les mangeoires, la mésange charbonnière affectionne les trous dans les arbres pour nidifier. Elle mange des insectes ailés. L’hiver, cette espèce opportuniste apprécie les graines, les baies, les boules de graisse. Elle consomme insectes, araignées, petits mollusques… sur les feuillages ou l’écorce des arbres et vous débarrasse de nombreuses chenilles (dont la mineuse des marronniers) , des vers de la pomme et des pucerons. En la nourrissant l’hiver et en maintenant des arbres à cavités, des trous dans les murs. Elle occupera volontiers un nichoir (trou d’envol : 30 mm). Pour nourrir une douzaine d’oisillons jusqu’à 70 fois par jour ! Vous pouvez distinguer la femelle du mâle par sa bande noir plus étroite sur le ventre.

     

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

    La mésange huppée

     

    Cette mésange discrète et active n’occupe les parcs et les jardins que s’ils abritent de grands conifères, y compris exotiques, dont elle explore minutieusement les aiguilles. Elle y est plus fréquente à l’automne et en hiver. Des graines de conifères l’hiver et des invertébrés qu’elle recherche plus facilement au sol que les autres mésanges. Elle ne dédaigne pas les arachides dans les mangeoires. Elle capture de nombreux insectes à tous les stades qu’elle stocke volontiers : larves, chenilles (tordeuses notamment), chrysalides… En plantant quelques résineux (épicéas, pins…) et en conservant des arbres morts, où elle creuse une cavité pour nicher. Il lui arrive de fréquenter les nichoirs. Quant elle tourne le dos à ses prédateurs en levant la tête, la mésange huppée présente une fausse face censée les dissuader !

    Mésange noire

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    Elle ne fait pas le poids face à l’agressivité de ses consœurs bleues et charbonnières, plus communes et plus colorées. On l’observe plus facilement durant l’automne et l’hiver dans les jardins. Elle mange surtout des insectes et des graines l’hiver, d’épicéa et de sapin notamment, qu’elle extrait des cônes mûrs. Elle a la particularité de faire des réserves qu’elle consomme sous 48 heures. Elle consomme beaucoup d’oeufs et de larves d’insectes ou d’araignée, qu’elle capture au sommet des arbres. Elle préfère les jardins où poussent des conifères. A la mangeoire, elle apprécie les noix, les cacahuètes (non salées), le tournesol, les boules de graisse… Elle peut adopter un nichoir. Le développement de la plantation de résineux durant le XXème siècle a favorisé l’expansion de la mésange noire.

     

    Le moineau domestique

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    Les moineaux nichent en petites colonies sous un toit ou dans une cavité de mur, parfois dans un arbre. Dès janvier, les mâles pépient sur des postes bien en vue autour du site de nidification choisi. Il mange principalement des graines (avoine, blé), de jeunes pousses, des fruits et baies, des bourgeons… L’été le moineau consomme des insectes : hannetons, coléoptères, sauterelles, papillons, chenilles, pucerons diptères… Evitez les pesticides et installez un nichoir (trou d’envol : 6x4,5 cm), voire plusieurs, sous l’avancée d’un toit pour faciliter la nidification de cette espèce en voie de disparition. Offrez-lui des haies denses où il établira son dortoir. Sur les mangeoires, il apprécie le tournesol. La bavette noire du mâle a une signification hiérarchique. Plus elle est grande, plus il domine les autres et mène des combats.

     

    La pie bavarde

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    Chaque année, la pie construit ou consolide un nid volumineux parfois coiffé d’un dôme, qui nécessite le transport de 600 rameaux et de boue. Victime de nombreux préjugés, ce corvidé est un superbe oiseau, très utile. Elle mange des insectes, larves, vers de terre, petits mammifères, œufs et jeunes oiseaux, des graines et fruits. Elle se constitue des réserves pour la semaine, surtout pendant l’automne et l’hiver. Outre son appétit pour les escargot et les limaces, c’est l’un des nettoyeurs les plus efficaces des jardins et des bords de routes, car elle consomme les animaux morts. Depuis une trentaine d’années, ses effectifs ont diminué. Offrez-lui des arbres assez élevés pour qu’elle y niche. La pie est l’un des seuls oiseaux à avoir réussi le test du miroir : certains individus peuvent identifier leur reflet.


    Le pigeon ramier

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    A ne pas confondre avec le pigeon biset des villes, le pigeon ramier est aussi surnommé palombe dans le Sud-Ouest lorsqu’il est migrateur. C’est le plus grand pigeon d’Europe, reconnaissable aux taches blanches sur les côtés du cou et à son roucoulement caractéristique. Il mange des graminées, des légumineuses (feuilles de trèfle), des baies (lierre), des fruits (faînes, glandes) et des graines, des céréales, des racines, mais également des insectes, des vers et des mollusques, qu’il prélève surtout à terre, en se déplaçant lentement. Il consomme des insectes, des pucerons, des lombrics et parfois des escargots. Dans les jardins, il parcourt les pelouses en groupe et vient volontiers près des mangeoires. Les pigeons nourrissent leurs petis avec l’équivalent du lait chez les mammifères : l’oisillon boit dans la gorge de ses parents une sécrétion protéinée produite dans le jabot.

     Le pinson des arbres

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    Ce passereau très commun trottine souvent au sol, seul ou en groupe, en quête de nourriture. Dès février, le mâle, beaucoup plus coloré que la femelle, se perche sur un arbre et chante inlassablement la même phrase puissante et rythmée afin de défendre son territoire. Il mange des graines d’arbres (hêtres, bouleaux, aulnes, résineux), de colza, des bourgeons, des baies. Pendant la période des reproduction, le pinson des arbres consomme de nombreux insectes (chenilles), des araignées. Il a besoin de disposer d’espace entre les arbres. Evitez de tailler les haies pendant qu’il niche, entre avril et septembre. Visiteur assidu des mangeoires durant l’hiver, il aime picorer les graines tombées au sol, celle de tournesol notamment. Le chant des mâles présente des variantes d’une région à l’autre : on parle de dialectes.

     

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

    Le rouge-gorge

     

    Cet oiseau rondouillard défend âprement son territoire en lançant son chant mélodieux depuis un perchoir en vue. Compagnon du jardinier, il profite de ses travaux pour capturer quantité de proies. Il peut suivre une taupe creusant sa galerie pour attraper les vers en surface. Insectivore, il complète son régime par des baies (il, mûres, myrtilles, sureau, lierre, fusain, aubépine, cornouiller, viorne…). Il a besoin, pour nicher, d’une végétation basse et touffue. Il aime chercher sa nourriture dans le compost et fréquente la mangeoire. Il se fait plus discret durant la seconde partie de l’été, probablement parce qu’il mue.

     

    La sittelle torchepot

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    Ce bel oiseau trapu et coloré au bec pointu et au sourcil noir doit son nom à sa capacité à réduire l’entrée de la cavité de son nid par des boulettes de terre et de salive, façon torchis. elle mange des insectes et des araignées l’été. L’hiver, des baies et des graines d’arbres (noisettes, glands, faînes…), qu’elle ouvre en les martelant avec son bec. Elle capture de nombreuses chenilles pour nourrir ses oisillons. Elle apprécie les vieux arbres (chênes, érables, hêtres), dont elle arpente les troncs en tous sens grâce à ses longues griffes et à son agilité. A la mangeoire, elle fait la loi et elle se régale de graines de tournesol, de fruits à coque et de pains de graisse. Elle investit facilement les nichoirs. C’est le seul oiseau capable de descendre un tronc d’arbre la tête en bas, ce qui lui donne accès à des insectes logés dans les fissures.

     

    La tourterelle turque

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    Reconnaissable à son collier noir dans le cou et à son rourourou caractéristique à trois syllabes, elle effectue son vol de parade en montant en chandelle, puis en descendant en planant ailes écartées. Elle mange des graines et des baies essentiellement, des bourgeons et des jeunes feuilles. Elle boit par succion et ne jette pas la tête en arrière pour avaler. Elle se nourrit aussi d’insectes (chenilles) et de mollusques. Elle a besoin de perchoirs (antennes, fils électriques, rebords de fenêtre), s’approvisionne volontiers aux mangeoires (blé, avoine) et aime boire aux point d’eau. Il lui faut les branches d’un arbres ou d’un arbuste solide pour construire son nid, une plate-forme sommaire très lâche et plate. Au début du XXème siècle, cet oiseau originaire du Moyen-Orient était inconnu en Europe. Cette espèce, à ne pas confondre avec la tourterelle des bois, est arrivé en France en 1955 et a connu une expansion fulgurante.

     

    Le verdier d’Europe

    Invitez dans votre jardin, la petite faune  Les oiseaux

     

    Ce passereau trapu de la taille d’un gros moineau, aux teintes olive et jaune pour le mâle, brunes pour la femelle, fréquent, se remarque à son gros bec rosé. Ce granivore a une préférence pour les baies de sorbier, les fruits de l’érable, du tilleul, du charme et de l’églantier. Au printemps, il capture des araignées, des chenilles, des pucerons… pour la nichée. Le verdier doit disposer d’arbres touffus pour y dissimuler son nid assez volumineux : conifère, arbustes denses ou couverts de lierre. Il fréquente les mangeoires l’hiver à condition qu’elles soient garnies de tournesol. Mieux vaut lui prévoir un distributeur de graines dédié pour épargner aux autres espèces son agressivité ! Le bec épais et puissant du verdier lui donne accès à une centaine d’espèces de plantes : tournesols, haies d’ifs, mûres…

     

     

    « Invitez dans votre jardin la petite faune Invitez dans votre jardin la petite faune »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :