• Jean-Louis Crozier Le radar humain

     

     

    Jean-Louis Crozier Le radar humain

     

    Jean-Louis Crozier Le radar humain

     

    Jean-Louis Crozier (1944-2009) était un radiesthésiste et magnétiseur vivant à Aubenas dans le département de l'Ardèche.

    Biographie :

    Jean-Louis Crozier pratiquait la radiesthésie depuis l'âge de 16 ans, date à laquelle il aurait retrouvé son premier disparu. C'est son grand-père, sourcier, qui l'aurait initié à cette discipline. Jean-Louis Crozier était aussi magnétiseur. Différents médias se sont fait l'échos qu'il aurait été, en raison de la qualité des résultats qu'il obtenait, très souvent sollicité par la gendarmerie française. Il s'est éteint le 2 janvier 2009.

    Jean-Louis Crozier : l’homme radar, tel le surnom qui lui était donné, le plus célèbre des radiesthésiste français. Chaque fois qu’une personne disparaissait, la gendarmerie faissait appel à lui.

    Depuis 1960, date à laquelle il a commencé, dans sa ville natale d’Aubenas en Ardèche, à promener son pendule sur des photos de disparus, il est sollicité quotidiennement par les pompiers, les gendarmes ou les familles. Il a travaille sur plus de 417 dossiers qui ont été élucidés, c’est-à-dire pour lesquels la personne recherchée a finalement été retrouvée par les gendarmes. Sur ces cas, il s’est toujours deux questions avec son pendule.

    1 Cette personne est-elle vivante ?, il a obtenu 100% de réussite, ce qui signifie qu’il ne s’est jamais trompé en indiquant aux gendarmes s’ils allaient retrouver la personne vivante ou morte… chose que ces derniers ne manquaient pas de confirmer après chaque enquête.

    2 Où se trouve exactement cette personne ? Il a atteint un taux de réussite exceptionnel de 62%. En effet, en pointant son pendule sur une carte, a localisé beaucoup de ces disparus en indiquant l’endroit précis où il fallait que la gendarmerie recherche la personne.

    Une trentaine de missions par an

    Jean-Louis Crozier : « J'émets une onde char­gée de la fréquence du disparu. Lorsque ma question entre en résonnance avec lui, sa présence est confirmée lorsque le pendule ou ma main survolent un lieu donné sur la carte, explique-t-il. Je ressens alors un écho, un si­gnal, qui fait réagir le pendule ou qui crée une vibration particu­lière dans ma main ».

    Plutôt que de gloser sur le pa­ranormal, Jean-Louis Crozier dé­signe les dossiers de recherches, riches en renseignements, en­voyés par les brigades de gen­darmerie ou les commissariats de police. Le cachet de cire officiel fait foi, même si les autorités détestent avouer qu'elles utilisent les dons de certains « psi » . « Star » incontestée de la recherche de disparus, Jean-Louis Crozier attendait d'être «réquisitionné » ou appelé par des familles désespérées.

    Jean-Louis Crozier : « Il faut être très prudent car un radies­thésiste est responsable de l'es­poir qu'il apporte à une famille dans l'angoisse, comme des re­cherches organisées sur un lieu qu'il indique».              

    Pour chacune de ses vingt à trente missions an­nuelles, il appliquait le tarif unique de 130 euros. Interrogé par les parents de Marion, il a avoué son incapacité, ne pouvant apporter le moindre renseignement sur cette petite fille de 10 ans dispa­rue à Agen il y a maintenant plusieurs années. Il n'a pas réussi non plus à loca­liser Gerry Roufs, le navigateur disparu dans le Vendée Globe Challenge.

    En guise de palmarès, Jean-Louis Crozier tenait une comptabilité minutieuse : 1188 recherches lancées, 259 personnes retrouvées, dont une grande majorité de cadavres, 158 échecs et 771 missions en attente.

    Jean-Louis Crozier opèrait à l’aide d’un simple pendule et d’une carte. Il appose son index droit sur la tête du disparu (photo), et il promène sa main gauche au dessus de la carte.

    Jean-Louis Crozier et Pascal T...

    Pascal T… lui, croit ferme­ment aux pouvoirs du radiesthé­siste ardéchois. Forcément, ce vé­térinaire clermontois doit sa vie au petit bonhomme d'Aubenas.

    Randonneur chevronné, il fait une chute dans les montagnes corses, le 9 novembre 1993, et gît isolé avec un traumatisme crânien, des ver­tèbres et un tibia fracturés. Deux jours de recherches effectuées par la gendarmerie ne donne­ront rien.

    Et c'est grâce à la lo­calisation exacte fournie par le radiesthésiste, contacté par Elizabeth T.., sa femme, que le vétérinaire pourra être sauvé le 11 novembre à 16 heures.

    Jean-Louis Crozier, surnommé le« radar humain » etait en France, le plus sollicité des médiums- détectives. Il collaborait très régulièrement avec la gendarmerie.

    Jean-Pierre Girard

    Télécharger « Jean louis crozier interview.pdf »

     


    [03] MYSTERES - Sauvé par le pendule par Indiana-Jones30

     

    « Images de bien-être 2Le magnétisme du coeur »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :