• L’histoire de Linda Cortile

     

    L’histoire de Linda Cortile

     

    L’histoire de Linda Cortile

    L’histoire de Linda Cortile

    L’histoire de Linda Cortile

     


    Une femme de 41 ans, Italo-Américaine qui a prétendu avoir eu un contact avec des extraterrestre qui remonterait à son enfance.

    Le 30 novembre 1989 à 3 heures, (elle reste néanmoins elle-même sceptique sur ces événements).

    “Un petit extraterrestre à peau grise” avait pénétré dans sa chambre et s’était approché de son lit, elle sentit son corps sombrer peu à peu dans une sorte de léthargie et toute sa perception s’embua, elle se souvenait avoir été allongée sur une table pendant que l’on lui examinait le dos…

    Derrière les rideaux, il y quelque chose, là. Il y a quelqu’un dans la pièce… Raconte-elle. Elle n’arrive plus à bouger les bras, plusieurs extraterrestres, la sortent du lit, elle ne les laisserai pas faire. Ils sont petits, blancs et sombres, avec des yeux très intenses, noirs qui brillent. Ils la soulèvent et l’emmènent au salon, l’approche de la fenêtre. Il y a une vive lumière, blanc bleuté. Elle est dehors ! Elle flotte à travers la fenêtre de son appartement, situé au 12 étage… Fermée et dotée d’une grille de sécurité pour enfants. Introduite à l’intérieur d’un vaisseau placé en vol stationnaire. ils entament l’examen de son dos et de la narine droite. Elle fut questionnée sur sa famille et par la suite se retrouve dans son lit.

    Des témoins : deux officiers de police Dan et Richard. Leur histoire concorde à celle de Linda.

    Ils virent un engin ovale qui planait au-dessus de l’immeuble, des lumières d’un orange vif et rougeâtre qui passent à un bleu pâle. l’engin s’écarta du haut de l’immeuble pour descendre au niveau d’une fenêtre. Une forme féminine planant en apesanteur dans un rayon vif de lumière blanc bleuté… Cette personne sortie par la fenêtre et trois hideuses petites créatures, humanoïdes placés en triangle autour du corps, l’escortent dans le vaisseau qui reprit sa couleur orange rougeâtre et disparut en un éclair… Il plongea dans la rivière, derrière les deux policiers, près de la jetée n°17 jouxtant le pont de Brooklyn.

    Ces deux policiers développent un lien étroit avec Linda et leur  première rencontre intervint le 19 février 1991. Ils posèrent à Linda des questions sur son enlèvement.

    Un troisième témoin, ce jour là. Une personnalité très importante les accompagnait. Il s’agissait de Javier Perez de Cuellar, Secrétaire Général de l’Organisation de Nations Unies. Linda a bien vu ce jour là, une voiture munie de plaques diplomatiques, garée en bas de chez elle.

    Le 29 Avril, Linda prétend avoir été de nouveau enlevée, pas par des extraterrestres, mais par Richard et Dan. Ils l’ont forcée à rentrer dans leur voiture et ils ont roulé durant 3 heures, pendant lesquelles, ils l’on fait mettre une robe de nuit et l’ont assaillie de questions. Ils l’enlèvent une seconde fois…

    Les 3 témoins se souviennent qu’ils s’étaient retrouvés sur une plage, en compagnie de Linda Cortille, quelques secondes après avoir assisté à l’enlèvement. Ils auraient donc été également enlevés…

    Les extraterrestres utilisèrent Linda (qu’ils nommaient la femme des sables), afin de démontrer à un politicien de premier plan que l’humanité ruinait son environnement planétaire. L’un des deux policiers volent du sable dans le vaisseau et le dissimule dans sa poche… Les extraterrestres analysent les pierres de la terre.

    Il apparut plus tard, que Linda et Richard avaient déjà été enlevés, ensemble. Richard pourrait même être le père de l’enfant de Linda. Dan, l’autre policier devient fou et disparaît… Aussi, Linda demande les services d’un détective privé pour assurer sa sécurité.

    Tout se passe entre Linda et Hopkins par des courriers et des cassettes audio en ce qui concerne les témoins et Hopkins ne pourra jamais prouver l’existence de ces deux hommes.

    Par la suite, d’autres témoins écrivirent à Hopkins pour déclarer avoir assisté à l’enlèvement. Mais personne d’autre pour dire qui elle aussi avait vu l’enlèvement ce soir là, vers 3 heures du matin. Personne d’autre n’avait calé sur l’avenue Roosevelt. Ni le personnel de sécurité de l’immeuble de Linda, ni les ouvriers sur l’aire de chargement du New-York post. ne firent une quelconque observation.

    Linda fut désignée du doigt comme le pivot d’une énorme supercherie, des années de planification, de prestations sans faille d’acteurs capables de mémoriser et rapporter des scénarios et descriptions complexes. Fascinant jeu de rôle démentiel… Linda y répondit qu’avant cela la gênée, mais qu’elle prend cela comme un compliment, car il faudrait s’appeler Bobby Ficher ou Gary Kasparov, pour monter un tel canular. Elle dit encore que les gens qui l’accuse ne sont pas seulement sceptiques. Ils cherchent à la désarçonner. Ils ne croient pas aux enlèvements par des extraterrestres, alors ils ne peuvent pas concevoir un cas pareil. Une personne intelligente mais dont l’esprit reste fermé ne pourra rien apprendre. En fait, ce sont des crétins. Qui se préoccupe de ce que pensent les crétins ? Pas moi !

    Depuis 1993 plus d’enlèvement, dit-elle, je vieillis et peut-être que je n’ai plus ce qu’ils recherchent - ovules ou autre… Mais je ne suis pas si sûre que, dans chaque ovni, l’équipage soit extraterrestre. Il aurait pu s’agir d’une expérience militaire. Il y a une base militaire près de chez moi, sur l’île du Gouverneur. D’après ce que Richard m’a raconté, il y avait plus d’un troisième témoin cette nuit-là. Il y avait au moins cinq voitures en cortège, et elles se dirigeaient précisément vers l’île du Gouverneur.

    Le point de vue de Marie-Thérèse De Brosses : Ecrivain et grand reporter, elle connait Linda Cortille depuis 1991 et a longuement parlé d’elle dans son livre Enquête sur les enlèvements extraterrestres.

    “Il est impossible de réduire l’affaire de Linda Cortille à une imposture mise au point par de simples particuliers comme Budd hopkis ou Linda elle-même : l’histoire, véritable Triller, complexe et plein de rebondissements, implique trop de personnages très variés (y compris un très haut dignitaire de l’Eglise catholique) et suppose un vaste réseau de complicités. En déduire pour autant que Linda a été véritablement enlevée par des extraterrestres est difficile à croire; comme toujours en matière d’ovni, les “preuves” ne peuvent convaincre que ceux qui sont déjà convaincus… Si l’hypothèse du coup monté venait à être vérifié, la situation serait encore plus étrange : qui pourrait avoir intérêt à fabriquer cette mystification, disposerait des moyens suffisants pour le faire, et surtout dans quel but ? Mais on commence à découvrir à quel point la CIA et le FBI aiment attribuer aux “aliens” des expériences bien humaines, armes expérimentales et manipulations mentales… Un détail m’intrigue : comment cette “américaine moyenne” a pu se lier avec Perez de Cuellar, secrétaire Général de l’ONU, qu’elle n’avait a priori aucune chance d’approcher ? Pour savoir si Perez de Cuellar était bien le troisième homme, le prince hans-Adam de Liechtenstein lui écrivit avoir rencontré, dans une party à New-york, ses amis Dan, Richard et Linda “habillée comme la Dame des Sables”. Perez de Cuellar remercia le prince de sa lettre mais ne releva pas l’allusion. Qui ne dit mot… ?

     

    L’histoire de Linda Cortile

    implant linda

    L’histoire de Linda Cortile

     

     

    « Lettre à Gaz de FranceLe bienfait des pierres »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :