• Le chupacabra

     

     

    Le chupacabra

     

    Le chupacabra

     

    Les chupacabras (de l'espagnol, de chupar "sucer" et de cabra "chèvre", littéralement "chèvre meunier") sont des cryptes légendaires répandus dans certaines régions des Amériques. Il est associé plus récemment à des observations d'un animal prétendument inconnu à Porto Rico (où ces observations ont été signalées pour la première fois), au Mexique et aux États-Unis, en particulier dans les communautés latino-américaines. boire le sang du bétail, en particulier des chèvres.

    Les descriptions physiques de la créature varient. Des observations de témoins oculaires ont été signalées dès 1995 à Porto Rico, et ont depuis été signalées aussi loin au nord que le Maine, et aussi loin au sud que le Chili, et même repérées hors des Amériques dans des pays comme la Russie et les Philippines. Il s'agit d'une créature lourde, de la taille d'un petit ours, avec une rangée d'épines allant du cou à la base de la queue.

    Les biologistes et les responsables de la gestion de la faune considèrent les chupacabras comme une légende contemporaine.
    En juillet 2010, un animal a été tué et déclaré être un chupacabra, mais il s'est avéré être un coyote avec une infection parasitaire sévère. En octobre de la même année, des scientifiques de l'Université du Michigan ont émis l'hypothèse que les coyotes criblés de parasites (en particulier les parasites responsables de la gale et de la gale) constituaient probablement la base de la légende du chupacabra.


    C’est sur l’île de Porto Rico que cette créature a fait parler d’elle pour la première fois, absorbant le sang d’animaux tels les chèvres, vaches ou les chevaux.

    Pour l’instant, le Chupacabra n’aurait pas attaqué d’êtres humain mais personne ne sait s’il en est capable ou non. On l’a surnommé le « suceur de chèvres » car il attaqua pour la première fois ce type d’animaux, les vidant de leur sang en laissant, tel le vampire, deux traces de piqûre au niveau du cou. Certains rapports signalaient que certains organes avaient été dévorés. Comme l’apparition de cet animal est soudaine et qu’aucune trace dans le passé signale des témoignages mentionnant le Chupacabra, certaines personnes et quelques scientifiques américains ont amenés la théorie que cet animal puisse provenir d’une autre planète, abandonné délibérément ou non lors d’une visite extra-terrestre. portrait-robot. - Il possède des dons pour le camouflage. - Dans certains cas on l’aurait vu voler grâce à de petites ailes sur son dos. - Il se nourrit de sang. - Il n’attaque pas les humains. - On le décrit ayant une tête ovale, des yeux rouges, une peau grise, ayant un corps mélangeant le reptile, l’insecte et l’alien. - Certains témoins affirment avoir vu des boules de lumières oranges, avant ou après un passage de Chupacabra.

    Etude Scientifique

    Du 10 au 17 février 1996, une expédition a été organisée à Porto Rico, afin d’essayer de localiser et de capturer des Chupacabras et surtout tirer au clair toutes les histoires qui se racontent et qui tiennent plutôt de la science fiction. L’équipe était composée de 13 Ufologues et d’un journaliste écossais du Glascow Hérald. . Dans les envions du Lac Cathagéna, des témoins déclarèrent avoir vu des engins volants, entrer dans le lac ou en ressortir. Une plongée ne révéla rien de suspect. Sur la plage Combate, des témoins ont affirmé avoir vu une porte dimensionnelle s’ouvrir et des Chupacabras en sortir. La seule chose de surprenante sur cette plage, fut de découvrir un gros rocher très magnétique. A proximité de la plage, l’équipe rencontra une famille dont la femme, enceinte, déclarait attendre un enfant d’un extra-terrestre qui s’est matérialisé sur la plage, à l’endroit de la porte dimensionnelle. Des cercles « d’atterrissages » furent constatés dans un périmètre contigu. . Une femme fut interrogée car elle avait déclaré être tombée nez à nez avec un Chupacabra, et lui avoir asséner un grand coup de machette. Les scientifiques, incrédules, écoutèrent sa version, jusqu’à ce qu’elle déclare avoir conservé le morceau qu’elle avait découpé sur la bête. Il s’agissait d’un large morceau de cuir recouvert de quelques poils. Des échantillons furent prélevés et immédiatement envoyés dans un laboratoire pour analyse. Chose étrange, ces échantillons n’arrivèrent jamais au labo… Quand on essaya de recontacter cette dame, elle avait disparu ainsi que tous ses meubles et affaires… Pour résumer, cette expédition ne trouva rien, écouta des témoignages plus ou moins abracadabrants mais revint bredouille.

    Quelques Témoignages

    En 1970, dans la vallée du Rio Grande, au USA, un troupeau entier est décimé. Tous les animaux ont été vidés de leur sang. A Brownsville, au Texas, un bœuf est également retrouvé « vampirisé ».

    En 1994, à Porto Rico, en entendant du bruit sous leur lit, un couple découvre quatre petits Chupacabras qu’ils chassent à coups de balai.

    En 1995, à Orocovis (Porto Rico), huit moutons sont retrouvés morts, comme dans tous les cas, leur sang a été absorbé, et à quelques kilomètres, à Canovanas, ce sont près de 150 animaux qui ont été découverts sans vie.

    Le 19 novembre, tout un quartier subira les attaques d’un ou plusieurs Chupacabras. Les chiens, chats et autres animaux domestiques seront tués. Un Chupacabra traversa même un fenêtre pour attaquer… un ours en peluche qu’il détruisit avant de s’enfuir. Un résident a vu en plein après-midi, à l'arrière de chez-lui en allant brosser le poil de ses chiens, un genre d'animal de la famille des singes, mais dit-il: ce n'était pas exactement un singe. Il dit celà: "court comme un singe et mesure environ 4 pieds de hauteur et je n'ai pas vu de queue."

    Le 7 décembre Près de Guanica, Puerto Rico, Mort de poulets et de vaches, vidés de leur sang.

    Le 14 décembre 1995. Naguabo sur la côte Est. Plusieurs lapins en cages sont trouvés morts avec des trous à l'arrière du cou, sans une goutte de sang. D'autres lapins sont disparus. Derrière une des cage, ont a retrouvé des traces de pas avec trois doigts.

    Le 15 décembre 1995. Puerto Rico. En une année le chupacabras est responsable de 1000 morts d'animaux: chèvres, vaches, poulets, et autres animaux. Il y a eu plusieurs témoins. La taille de la créature décrite par les témoins est de 4 à 6 pieds de hauteur avec une démarche bizarre avec des yeux de type "alien".

    Le 21 décembre 1995, à Guanica, Porto Rico. Monsieur Osvaldo Claudio Rosado âgé de 44 ans est occupé à laver sa voiture quand il fut agrippé par derrière. En essayant de se débarrasser de l'intrus, il vit un gorille de 5 pieds au poil noir s'enfuir. Rosado a été coupé sur l'abdomen; probablement par des griffes disent les médecins. A Klamath Falls, Une vache est morte avec les oreilles arrachées, la langue enlevée, 4 dents arrachées et sur les autres ont a trouvé des cercles noirs à leur surface. Le vagin et le rectum ont été enlevé. Aucune trace de sang n'a été retrouvé sur les lieux.

    Le 19 mars 1996, Jose Pellot, en entendant le chien de son père hurler, croise le chemin d’un Chupacabra. La créature le regarda fixement, se redressant sur ses pattes arrières poussa des cris stridents avant de s’enfuir. Le jeune homme terrifié ne put bouger. Le chien fut retrouvé mort.

    Miami

    Le 21 mars 1996, la police de Miami arrive sur les lieux d’un terrible crime : 69 victimes dans le même quartier. Pas un seul être humain de blessé mais des chiens, des chats, des chèvres, des oies et des canards massacrés, mutilés, assassinés, vidés de leur sang. La police soupçonne rapidement un chien sauvage mais, dans ce quartier « latinos », on parle déjà d’un Chupacabra.

    Depuis le 25 juillet 1997, différents témoignages (douze) mentionnent des Chupacabras au Brésil. Dans la même nuit des centaines d’animaux (bétail, animaux domestiques, volailles), dans différentes fermes sont retrouvés morts, portant les marques caractéristiques du Chupacabra. A la même époque, on commence à entendre parler du Chupacabra au Guatemala

    Le 10 novembre 1996, un ancien officier de l’armée américaine révélait à des journalistes Porto Ricains qu’il existait un lien entre le Chupacabra et l’affaire de Roswell. Cet officier, âgé de 70 ans, a travaillé pour les services secrets américains, à un haut niveau d’accréditation et un haut grade de sécurité. Il confirmait que les Chupacabras ne pouvaient attaquer les humains et encore moins les enfants. La peur qui existait sur l’île devait disparaître. En 1985, il était affecté à Fort Still, dans l’Oklahoma, et devait garantir la sécurité et la confidentialité d’un engin volant non identifié en provenance de la base de Roswell au Nouveau Mexique. Cet engin s’était crashé à côté des chutes Wichita. Les créatures, les Chupacabras, étaient dans cet aéronef, dans des cages. Afin de les étudier, il fallait les relâcher dans un environnement où elles pourraient trouver de la nourriture en abondance mais il ne fallait pas qu’elles puissent s’échapper. Une île était la meilleur solution pour la sécurité et Porto Rico par ses élevages étaient un point de chute idéal qui pouvait pourvoir à leurs besoins alimentaires.

    La légende du Chupacabra débute reellement autour de 1992, soit 5 ans après la sortie du film de John McTiernan, Predator, lorsque des journaux portoricain, El Vocero et El Nuevo Dia, commencèrent à rapporter la mort de plusieurs types d'animaux, comme des oiseaux, des chevaux et, comme son nom l'indique, des chèvres. À ce moment, le chupacabra était connu sous le nom de El Vampiro de Moca puisque les premières victimes ont été trouvées dans la petite ville de Moca. Au tout début, les membres d'un culte satanique furent suspectés d'avoir commis ces tueries au hasard, mais ensuite, les tueries s'étendirent autour de l'île, et plusieurs fermes rapportèrent la perte de vies animales. Les carcasses avaient toutes une chose en commun : chaque animal trouvé avait deux trous dans son cou.

    Le terme chupacabra fut supposément inventé par une personnalité de la télévision portoricaine, Silverio Pérez, qui utilisa ce nom comme une blague, mais le mot fut également utilisé dans le roman de Michael Crichton en 1990, Jurassic Park, qui parut avant la légende.

    Peu après les morts d'animaux à Porto Rico, d'autres morts furent rapportées dans d'autres pays, comme en République dominicaine, en Argentine, en Bolivie, au Chili, en Colombie, à El Salvador, à Panama, au Pérou, au Brésil, aux États-Unis et, surtout au Mexique. À Porto Rico et à Mexico, le chupacabra devint une légende urbaine. Les histoires de chupacabras commencèrent à paraître plusieurs fois dans les nouvelles télévisées aux États-unis, et des produits dérivés tels que t-shirts et casquettes de baseball furent mis en vente.

    Le chupacabra est considéré par certains comme le produit d'une hystérie collective, alors que d'autres pensent qu'il s'agit d'une piètre explication à des morts animales résultant d'attaques incompréhensibles.

     

    Le chupacabra

    Le chupacabra

    Le chupacabra

    Le chupacabra

     

     

     

    « Des tisanes en images Images de bien-être 10 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :