• Le mystère de l’île de Pâques

     

    Le mystère de l’île de Pâques

     

    Le mystère de l’île de Pâques

     

    Le mystère des têtes de l'ile de Pâques, dressées par un peuple inconnu, il y a des milliers d'années, bien avant l'arrivée des Polynésiens, reste une véritable énigme.

     

    Le mystère de l’île de Pâques

    Le mystère de l’île de Pâques


    L’île de Pâques (en espagnol Isla de Pascua, en langue rapa nui Rapa Nui « la grande Rapa ») est une île isolée dans le sud-est de l’océan Pacifique, particulièrement connue pour ses statues monumentales (les moaïs) et son unique écriture océanienne, le rongorongo. L’île se trouve à 3 700 km des côtes chiliennes et à 4 000 km de Tahiti, l’île habitée la plus proche étant Pitcairn à plus de 2 000 km à l’ouest. L’île de forme triangulaire, d'environ 23 km dans sa plus grande dimension, couvre 162 km2. La population comptait 3 304 habitants en 20022. Son chef-lieu est Hanga Roa. Elle fut visitée par le premier Européen, le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen, le jour de Pâques, le 5 avril 1722, et comptait alors près de 4 000 habitants. Elle fut annexée par l’Espagne en 1770 sous le nom d'isla San Carlos, mais l'Espagne s'en désinteressa par la suite ; des Français s'y installèrent après 1864 et l'île devint une possession chilienne en 1888. Depuis 1995, le patrimoine exceptionnel de l’île est protégé et inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO. Des parcs ou réserves naturelles, parfois surveillés, enserrent les zones des vestiges. La communauté rapanui veille jalousement sur les traces de son histoire et constitue un pouvoir parallèle au gouvernement officiel chilien. Cette île, la plus à l'est de toute l’Océanie, est célèbre pour ses vestiges mégalithiques des Rapanui (premières civilisations pascuannes). Le patrimoine archéologique comprend environ 900 statues de basalte, les moaïs, de 4 m de hauteur moyenne et près de 300 terrasses empierrées au pied de ces statues, les ahû.



    L'île de Pâques, est l'îlot le plus oriental de toute la Polynésie à près de 2000 milles marins de la côte chilienne. Son isolement. à l'écart des grandes routes marines fut la cause qu'elle resta si longtemps inconnue des navigateurs européens. Mais, le 5 avril 1722 au soir du dimanche de Pâques l'amiral hollandais Jacob Roggercen et sa flotte aperçoivent une terre inconnue. Il nomme l'ile minuscule "PAASCH EYLANDT" soit "l'île de Pâques". Le mystère de l'ile de paques

     

    Mystère tablettes


    En dépit des contestations, l’écriture RONGO RONGO s'apparente d'une façon frappante avec l'écriture dite «proto-indienne» de la vallée de l'Indus (Cette écriture peut être datée au minimum de 2600 à 3000 ans avant Jésus Christ) . Malheureusement, toutes les études faites sur l'écriture de la civilisation harappéenne du Penjab, notamment celle de Mohenjo-Daro, n'ont pu être déchiffrées à ce Jour!.


    Les légendes racontent que le fameux, "Mana" , cette force comparable à la lévitation permettait de déplacer des charges considérables, telles que les statues, après leur finition au pied du< volcan Rano Raraku. Les géants de pierre étaient ainsi acheminés, parfois à plus de dix kilomètres de distance...

    Monument tête de pierres

    La découverte ne date pas d’hier. Les statues de l’île de Pâques ont un corps !

    Alors qu’elles sont vraisemblablement connues pour avoir une grosse tête, ces statues recèlent visiblement de nombreux secrets puisque plus de la moitié de leur taille est enfouie sous terre et révèle l’existence d’un corps et de mains.

    Si on attribue au couple Routledge la découverte des parties enterrées des statues de l’île de Pâques, un groupe privé de recherches a récemment excavé une des statues pour y découvrir de nombreuses écritures sur le corps.

    Située dans l’océan Pacifique, cette île volcanique a été découverte par le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen, le jour de Pâques de l’an 1722, et est devenue ensuite possession Chilienne en 1888. Si de nombreux mystères entourent l’île de Pâques, la découverte de ces écritures enfouies sous terre risquent de relancer de nombreux débats.

    En effet, si les scientifiques sont presque tous d’accord pour dire que c’est à la suite d’un écocide que la population (environ 4000) de l’île a disparue, qu’en est-il de ces géants de pierre enfouis sous terre ? L’ont-ils été dès le départ par les Rapanui (premières civilisations de l’île) ou bien le temps a t’il eu raison de ceux-ci ?

    L'hypothèse la plus vraisemblable est qu'un raz de marée ancien a balayé l'île et sa civilisation ancienne, qui se perd dans la nuit des temps, est là, sous nos pieds de touristes inconscients du trésor caché qui nous attend. Les statues n'ont pas été enterrées, mais le déluge a dû transporter et amener tant de débris, de poussières et de terre que la civilisation a disparu comme effacée d'un seul coup.

    On pense ici au mythe de l'Atlantide et du continent de Mu dont les légendes refont surface avec cette découverte exceptionnelle.

    Mais pendant que nous y sommes sur l'île de Pâques proposons ici notre découverte qui risque que mettre très mal à l'aise les journalistes et écrivains irréductibles qui pensent toujours, à tord, que Lobsang Rampa n'a jamais été au Tibet et qu'il ne fut d'un ressortissant irlandais nommé Cyril Henry Hoskin.

    Dans l'ouvrage de Lobsang Rampa intitulé "C'était ainsi", le lama Mingyar Dunduf (ou Dundup) explique à Lobsang, que lors d'une plongée dans les annales akashiques, il a vu, à une époque où le Tibet était au bord de la mer, "d'étranges choses dans le ciel" et aussi "des êtres à la tête en forme de cône" qui vivaient comme nous sur cette terre.

    Or dans son fameux troisième Oeil , Rampa dit aussi qu'il a visité une caverne sous le Tibet où ont été conservés les restes momifiés et couverts d'une pellicule d'or d' êtres fantastiques qui ont disparu actuellement de la surface connue de la Terre :

    " Regarde mon fils, me dit le doyen des Abbés. Ils vivaient comme des dieux dans notre pays à l'époque où il n'y avait pas encore de montagnes. Ils arpentaient notre sol quand les mers baignaient nos rivages et quand d'autres étoiles brillaient dans nos cieux. Regarde bien, car seuls les Initiés les ont vus.

    J'obéis; J'étais à la fois fasciné et terrifié. Trois corps nus, recouverts d'or, étaient allongés sous mes yeux. deux hommes et une femme. Chacun de leur trait était fidèlement reproduit par l'or.

    Mais ils étaient immenses. La femme mesurait plus de trois mètres et le plus grand des hommes pas moins de cinq. Ils avaient de grandes têtes légèrement coniques au sommet, une mâchoire étroite, une bouche petite et des lèvres minces. le nez était long et fin, les yeux droits et profondément enfoncés. Ils ne pouvaient être morts, ils avaient l'air de dormir." Fin de citation.

    Mais cette description ne vous rappelle-t-elle pas la physionomie de géants, eux, bien connus ?,... Des géants dispersés par centaines sur une petite ile perdue du Pacifique? : l' île de Pâques.

    Cette singulière affaire de géants a fait sourire sous cape les archéologues qui se croyaient bien avisés et qui avaient oublié que, pourtant, dans un texte célèbre, on en parlait franchement :

    " Quand les hommes commencèrent à se multiplier à la surface du sol et que des filles leur naquirent, il advint que les fils d'Élohim s'aperçurent que les filles des hommes étaient belles. Ils prirent donc pour eux des femmes parmi toutes celles qu'ils avaient élues. Alors Iahvé dit : "Mon esprit ne restera pas toujours dans l'homme, car il et encore chair. Ses jours seront de cent vingt ans ". En ces jours-là il y avait des géants sur la terre et même après cela : quand les fils d'Élohim venaient vers les filles des hommes et qu'elles enfantaient d'eux, c'étaient les héros qui furent jadis des hommes de renom."

     

     Compléments d'informations

     

    Le mystère de l’île de Pâques

    Le mystère de l’île de Pâques

    Le mystère de l’île de Pâques

    Le mystère de l’île de Pâques

    Le mystère de l’île de Pâques

     

    L'un des mystères de l’île de Pâques enfin élucidé

    L'île est connue pour ses sculptures géantes. De gigantesques statues de pierre de 10 mètres de haut et pesant 80 tonnes. On sait désormais comment leur chapeau, les pukao, ont été construits. Ils ont d'abord été roulés, puis levés sur de grandes rampes en utilisant la méthode du parbuckling. La même technique que l’on utilise pour déplacer un réfrigérateur

     

     

     

    « Erdogan menace d’une guerre de religion du « Croissant contre la Croix »Climat : Indicateurs du changement »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :