• Masse, temps, énergie, temps perçu

     

     

    Masse, temps, énergie, temps perçu

     

    Masse, temps, énergie, temps perçu

     

    Même avec de très grands efforts, il nous est impossible de donner à un objet une vitesse supérieure à c.

    Plus la vitesse déjà acquise est grande, plus il est difficile de l’accroître.

    La relation montre que, en augmentant le numérateur, nous augmentons aussi le dénominateur : lorsque nous approchons de c, les efforts en vue d’augmenter la vitesse se heurtent à des obstacles toujours plus insurmontables. Or, ce qui s’oppose à la mise en mouvement d’un objet est sa masse ; tout se passe donc comme si cette masse grandissait avec la vitesse. On est ainsi amené à remplacer  la masse classiquement considérée par une masse variable en fonction de la vitesse ; elle est définie par la formule m=mo(1+1/2v2/c2). d’oû mc2=mo2+1/2mov2

    Dans cette équation, le deuxième terme de droit nous rappelle un souvenir : il correspond à l’énergie cinétique d’un objet de masse m lancé à la vitesse v.

    Le premier terme de droite représente donc lui aussi une énergie : celle contenue dans un objet de masse mo au repos.

    Nous aboutissons ainsi à la seule formule de physique qui ait détrôné dans l’esprit des collégiens la ritournelle proposée par les historiens “E=mc2”

    Mais nous savons aujourd’hui, cette formule a eu plus de conséquences pour l’humanité que la bataille de Marignan…

    Finalement, le concept important n’est pas celui du temps mesurable, représenté dans les équations par la lettre t, mais la vitesse.

    Nous avons structuré notre réflexion en introduisant le temps comme une dimension première, et considéré ensuite la vitesse comme quotient d’une longueur par un temps ; il aurait sans doute été plus réaliste d’introduire la vitesse comme dimension première et de définir ensuite le temps comme le quotient d’une longueur par une vitesse.

    Ce cheminement aurait évité des interrogations sans espoir de réponse sur la réalité du temps. Ces interrogations auraient été  reportées sur la réalité de la vitesse, ce qui n’est pas déraisonnable puisque notre cosmos nous fournit un étalon de vitesse, celle de la lumière.

     

     

    « Le malSouffle d'Idées 1 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :